Catégories
Pages
S'abonner

Knog : présentation de mon éclairage pour vélo

Publié le Friday 20 March 2015 dans les catégories G33K et Sport & Santé

Récemment, on m'a demandé sur Twitter ce que j'utilisais comme éclairage sur mon vélo. La réponse est simple, et je vous présente mon équipement dans cet article.

Knog, marque "lokan approved"

La blague de cet article, c'est que j'ai découvert la marque Knog il y a plus ou moins un an, grâce aux commentaires d'un de mes articles (c'était le 4 mars, une de mes premières balades, c'est marrant…). A l'époque, je roulais avec une frontale, et des monkey lights. C'est donc avec joie que je suis passé sur des lumières dédiées au vélo, et un an plus tard, je ne regrette pas mon achat.

Les lumières que je vais vous présenter sont rechargeables en USB, et étanches ; deux caractéristiques que je trouve nécessaires pour des lumières de vélo.

Quelle lumière arrière ?

knog blinder road r lokan

A l'arrière, j'utilise une Knog Blinder Road R, qui est très puissante. 70 lumens peut paraître peu, mais je vous garantis que derrière, c'est énorme ! Elle est donnée pour être visible jusqu'à 1'000 m, et possède 5 modes d'éclairage : continu (3h30), rapide (4h), poursuite (5h), peloton (13h), et "Eco-Flash" (20h).

Ce dernier est mon préféré, non pas parce qu'il permet d'atteindre les 20 heures d'autonomie, mais parce qu'il clignote, et attire donc l'attention des autres véhicules.

Quelle lumière à l'avant ?

A l'avant, c'est une Knog Blinder Road 3 que j'utilise, mais si c'était à refaire, je me demande si je ne prendrai pas une Blinder Arc 5.5, plus puissante. La Blinder Road 3 me sert majoritairement en faible intensité, en flash, toujours dans un souci d'être vu. Je n'ai fait que deux sorties par nuit noire avec, et la première fois, j'avais oublié de parfaitement bien la recharger.

knog blinder road 3 lokan

Sur ce modèle, j'aurai apprécié de pouvoir brancher une batterie externe (de la même taille que la lumière) pour avoir un peu plus d'autonomie. En mode éclairage continue à haute intensité, vous n'aurez qu'une heure d'autonomie. En flash haute intensité, 5 heures (une lumière allumée à fond, l'autre qui clignote). En faible intensité, la Blinder Road 3 propose 4 heures en continue, et 9 heures en flash.

La Blinder Arc 5.5, elle, propose 1h50 à haute intensité, 3h30 à moyenne intensité (qui doit être le mode haute intensité de la Blinder Road 3, ou pas loin), 8 heures en mode faible, et 17 heures en mode flash. Sur le papier, c'est meilleur, mais il n'y a qu'une seule lampe, donc est-ce que le faisceau sera de la bonne taille…? Je n'en sais rien.

Petit point légal

Quand j'étais jeune, seule la lumière arrière était obligatoire. Actuellement, en situation de luminosité insuffisante, vous devez avoir une lumière avant ET une lumière arrière. De plus, depuis octobre 2008, vous devez porter un gilet réfléchissant si vous roulez de nuit, hors agglomération.

Le Code précise également que l'éclairage ne doit pas être éblouissant, tout comme il précise que les clignotants doivent-être utilisés à chaque changement de direction (3 points, 35 EUR), et qu'il faut un mètre pour doubler un cycliste en agglomération, un mètre cinquante hors agglomération (3 points, 135 EUR). Partant de là, je garde mes lumières en mode "flash", ma GoPro comme boîte noire, et je reste en vie.

Je vous fais des bisous !

bouton amazon achat

EDIT : suite à cet article Knog m'a contacté et envoyé la fameuse Blinder Arc 5.5 qui me faisait de l'œil. Si vous devez acheter une lumière frontale pour rouler de nuit, c'est définitivement celle-là qu'il vous faut. Voici mon test…

Article écrit par LoKan Sardari Citoyen du monde, curieux par nature, amoureux de notre belle Terre, passionné de nouvelles technologies et d'images.