Catégories
Pages
S'abonner

Pourquoi j'ai eu peur en revenant sur Google Chrome

Publié le Friday 17 January 2014 dans la catégorie DayByDay

Google a de la mémoire. Trop de mémoire. Je l'avais quitté pour Firefox, et en l'installant à nouveau, j'ai eu un petit coup de flip. Explications.

Le retour du come-back

Je n'en parle plus sur Twitter, puisque les navigateurs, c'est un petit peu le changement perpétuel. En fonction de si on cherche l'esthétique, la stabilité, les fonctions de partage, la synchronisation, les fonctions complémentaires, ou autre, on trouvera toujours un avantage à un navigateur. Il y a également le côté éthique.

Ce côté éthique, le seul navigateur qui l'a, c'est Firefox. Ne nous mentons pas. Avec les récentes révélations sur la NSA et toutes ces conneries, on est en droit de flipper, et de se demander où vont nos datas. Google est donc celui qui fait le plus peur. Mais est-ce cohérent de passer à Firefox juste pour ça, si je surfe sur le web loggué à mon compte Google pour mes résultats de recherche, YouTube, Drive, et Gmail ? Non, c'est idiot…

Firefox en perte de vitesse

Quand je regarde un peu mieux, je me dis que Firefox a du mal à suivre. Je n'ai pas vraiment compris le fait de passer en cycle de développement rapide, comme si incrémenter les numéros plus rapidement allait miraculeusement apporter de nouvelles fonctions. Non. Hélas. L'interface est toujours à la traîne, et la future interface Australis n'est qu'une copie loupée de ce que fait déjà Chrome. Plus loupée que copiée d'ailleurs.

Pour ce qui est des fonctions, Firefox a certes été précurseur dans les décisions qui ont fait le web que l'on connaît, mais aujourd'hui, ce navigateur ne pèse plus assez pour influer dans les décisions. Quand Google et ses milliards débarquent en disant "On veut ça ! On fait ça ! Faîtes comme nous !" le W3C dit Amen. Et cède a des tas de conneries, diverses et variées.

Relativisons l'écoute de Google

Comme je le disais dans mon introduction, vouloir éviter le navigateur de Google pour ne pas qu'il utilise mes données alors que je surfe toute la journée sur Google Search, YouTube, Drive, et que mes mails arrivent tous dans une boîte Gmail, c'est un peu con. Du coup, l'interface de Chrome me manquant, l'efficacité des plugins aussi, et surtout, la synchronisation des données de navigation entre iPhone, iPad, MacBook, et bientôt Mac Pro, je suis repassé sur Google Chrome.

C'est d'ailleurs là que j'ai pris une petite frayeur.

Google sait tout. Tout le temps. A jamais.

Avant de quitter Chrome pour tenter une immersion Firefox, j'avais décidé de tout supprimer proprement. J'étais donc allé sur le dashboard, la page que vous voyez tout en haut de cet article, et j'avais choisi de tout supprimer. TOUT. Pour que Google ne se souvienne plus de rien me concernant, mes mots de passe, mes extensions utilisées, ou même mon historique de navigation.

En relançant Chrome hier soir, je me suis quand même dit que ce serait pratique si Google se souvenait au moins de mes extensions, parce que moi, je ne m'en souviens pas. Je m'identifie donc dans Google Chrome, et… toutes les données que j'avais pourtant supprimées sont de retour !

Magie, Magie…

Notez les "17 mots de passe sauvegardés" alors que je n'ai explicitement autorisé Google a n'en sauvegarder qu'un seul.

Le syndrome Facebook ?

C'est ce qu'il m'est arrivé il y a quelques mois avec Facebook. J'avais supprimé mon compte Facebook, puisque je ne comptais plus y revenir, et un an plus tard, en me connectant, boum ! Mon compte se réactive. Incompréhensible…

Pour Google, il faut par exemple se battre pour supprimer l'extension Google Drive qui permet de synchroniser des données Drive en local. Rien que ça, ce n'est pas normal.

La question, le dilemme est le suivant : tous mes mots de passe étant dans 1Password, est-ce que j'autorise Chrome à les mémoriser aussi, de manière à ce qu'ils soient synchronisés sur mon iPhone, iPad, ou pas ? Est-ce que Google peut-être piraté et laisser filer mes mots de passe ? Bref… A l'époque de la NSA qui accède à toutes les datas du monde, le concept même de "vie privée" et de "sécurité informatique" est, je pense, à revoir.

Article écrit par LoKan Sardari Citoyen du monde, curieux par nature, amoureux de notre belle Terre, passionné de nouvelles technologies et d'images.