Catégories
Pages
S'abonner

Mappy : la route d'un succès made in France

Publié le Tuesday 30 July 2013 dans la catégorie DayByDay

Mappy est un petit nom que les Français ont forcément tous imprimé quelque part dans leur mémoire. Mais peu savent vraiment toutes les fonctionnalités qu’offrent sa version actuelle.

En effet, Mappy est régulièrement cité pour sa recherche d’itinéraire et on le réduit souvent à cette seule fonctionnalité (moi la première, je le concède). Alors pour me parler de leur bébé, quelques têtes au sein de l’entreprise m’ont invitée à une petite découverte de leurs différents services et autant vous dire qu’il est fort à parier qu’à la fin de la lecture de cet article, vous aurez, comme moi, envie d’aider les petites boîtes françaises qui font un excellent travail en gardant un sens moral certain. Elles. J’ai rencontré Franck, responsable cartographie et déplacement, Clément, chef de produit web ainsi que deux représentants du pôle communication de l’entreprise, et chacun m’a expliqué avec beaucoup de plaisir son travail et ses missions au sein de Mappy. Si l’idée de bosser chez eux vous a traversé l’esprit, sachez que l’ambiance fait très start-up mais vous risquez de ne pas vous y plaire si vous êtes allergique aux open-spaces !

Le point de départ

Mappy est une société française, donc, créée (et ça m’a surprise) avant ma propre naissance, c’est-à-dire en 1987. C’est exact, internet n’existait pas, c’est bien sur Minitel que l’actuel Mappy a fait ses débuts. Son nom à l’époque était 3615 iTi. La société s’est connectée au réseau international en 1996 (deux ans avant que moi-même je mette les mains sur un modem 56k) et n’a pas cessée depuis d’évoluer et de diversifier ses services. Le nom « Mappy » est arrivé en 2000, avec le changement de millénaire. Aujourd’hui, Mappy, c’est 80 employés dans des bureaux à Issy-les-Moulineaux et une vingtaine de prestataires à leur service. L’entreprise est rattachée au groupe SoLocal, qui détient également les Pages Jaunes. Eh oui, Mappy, c’est finalement une PME qui n’a rien à envier aux multinationales, vous allez vite voir pourquoi.

Les routes parallèles peu connues

Comme toute carte routière digne de ce nom, Mappy se présente sous la forme axe autoroutier, nationales, départementales et petites communales peu empruntées. J’ai fait ce petit classement en fonction de mon ressenti, donc rien de très objectif dans ce découpage.

L’autoroute

L’axe autoroutier, c’est la recherche d’itinéraire, fonctionnalité la plus connue du grand public. Celle-ci est assez performante puisqu’elle vous permet de calculer un itinéraire par différents moyens de locomotion, à savoir en voiture, à pied, à vélo, ou en transports en commun. Il est à noter que Mappy a établi des partenariats avec de nombreuses sociétés de transports en commun partout en France afin d’assurer le service le plus complet possible. L’objectif est d’atteindre 90% de couverture dans les prochains mois. Ces accords, Google n’a pas réussi à les passer, ou alors de façon incomplète, car il était exigé que les sociétés de transports en commun confient leur données dans un format spécifique à Google, avec le risque de ne plus pouvoir les contrôler. Mappy se connecte simplement sur le réseau de la société afin de pouvoir utiliser ses données avec l’avantage du temps réel et de la prise en compte de l’affluence, notamment en cas d’accidents sur le réseau ferré ou routier. C’est un des éléments qui confirme la volonté de Mappy de se concentrer sur le local (normal, quand on est rattaché à un groupe qui s’appelle SoLocal).

Mappy est également partenaire avec TomTom qui lui fournit les données d’affluence sur les routes sur les trois dernières années afin que vous puissiez calculer le plus précisément le temps de votre itinéraire en fonction des conditions des années passées, qui sont des schémas répétitifs. Il y a beaucoup d’autres services affiliés à la recherche d’itinéraire, comme par exemple le calcul de vos frais d’essence, ainsi que ce que vous économiseriez en covoiturant (oui, j’invente des verbes) ou en prenant le train sur les longs trajets, par exemple…

Info trafic

La nationale

À mon sens, la deuxième route la plus large concerne les accords avec Accor (c’était facile). Mappy se fera en effet un plaisir de vous conseiller des hôtels à proximité de votre lieu d’arrivée grâce à un partenariat avec la grande chaîne d’hôtels. Cette fonctionnalité, appelée « store locator » inclut également d’autres types d’établissements, comme des restaurants partenaires, les points de vente Française des Jeux ou encore les stations-services Total.

Adresses

La départementale

Mappy nous propose également une immersion dans les rues, un peu à la façon de Google Street View, à la différence qu’on accède, en plus, à un grand nombre de visites virtuelles à 360° de magasins à travers 320 villes françaises. Ceci se fait grâce à des gens qui ont pour mission de se balader à travers les espaces urbains afin d’aller contacter les gérants des établissements pour leur proposer un partenariat avec Mappy. La prise de vue se fait grâce à un petit appareil dont le petit nom est Girocam, qui prend des photos à 360° grâce à 3 petits appareils photo grand angle (je ne connais pas la valeur de leur focale).

Girocam

La communale

Mappy shopping : ça vous dit rien ? C’est normal, c’est une fonction encore en développement, prévue pour l’année qui vient. Sans trop spoiler, je peux d’ores et déjà vous assurer que c’est une fonction que j’utiliserai sans doute très souvent. Et pour cause, il s’agit d’une base de données géante permettant de faire vos recherches d’achats à venir non pas par magasin à proximité mais directement par produit. Concrètement, mettons que vous souhaitiez acheter une paire de chaussures noires en cuir en taille 43 (ou 38 pour les filles). Vous tapez « chaussures cuir noir taille 43 » et Mappy, en bon assistant, vous sort la liste des magasins alentour susceptibles de vendre ces chaussures et va même vous permettre de les mettre de côté en attendant l’achat en magasin. Mappy a en effet pour ambition d’aider les gens à revenir à l’échelle du local.

Au lieu d’acheter sur des sites de multinationales sans âme, vous avez possibilité de vous rendre dans un magasin proche de chez vous qui vous proposera la même chose ou presque, le conseil et la présence humaine en plus. Si en plus vous vous y rendez à pied ou à vélo (rappelez-vous que les magasins ne devraient pas être très loin de chez vous), vous participez également au bien-être de notre petite planète !

Fiche détail

Conclusion

Voilà en somme le résumé de ma petite rencontre chez Mappy. J’ai appris beaucoup de choses grâce à cet entretien et j’espère vous avoir transmis le même sentiment via mon article. Personnellement, je soutiens ces boîtes françaises qui marchent et qui se concentrent sur le marché sur lequel elles sont nées. En pleine vague d’engouement pour le « made in France », je pense qu’on ne peut qu’encourager cette PME, qui a su garder son esprit start-up et qui facilite la vie de nombreux utilisateurs, à continuer dans la voie du local, probablement plus bénéfique aux individus lambdas que la mondialisation effrénée qui prend place autour de nous.

Article écrit par Shamime Garenne Geekette et fière de l'être, je mets l'informatique à mon service car je la considère comme un assistant de vie et l'adapte à mon quotidien. C'est aussi pour cette raison que mes compétences techniques sont à compléter ! Fan absolue des produits Apple depuis toute petite, je m'en sers depuis 1998, ai grandi avec et n'ai jamais switché. Mes autres hobbys sont les langues, la photo, la musique, et les voyages. Entre autres.