Catégories
Pages
S'abonner

Parlons d'écologie

Publié le Saturday 3 July 2010 dans la catégorie DayByDay

L'heure est grave les enfants. J'ai lu des commentaires qui disaient que je n'étais pas “écolo” pour acheter du matos informatique. L'heure est grave pourquoi? Parce que ça fait parti des mots qui me mettent hors de moi quand on me les attribue, un peu comme menteur, hypocrite, intéressé et quelques autres dans le même style. J'ai surtout remarqué un problème de compréhension vis-à-vis du terme “écolo”. Après tout le battage médiatique qu'il y a autour, McDo qui fait du green washing à tout va, on peu comprendre que les idées soient brouillées. On revient donc aux sources, et je vous donne mon petit point de vue...

Selon Wikipedia, "un écologiste est un partisan de l'écologisme, c'est-à-dire un courant de pensée respectueux des équilibres naturels, qui promeut la préservation de l'environnement, des sociétés et des ressources naturelles contre les ravages de la société industrielle." Je pense que c'est clair pour tout le monde, et pour aider les plus démunis, j'ai mis les mots important en gras (comme au primaire, oui). De fait, être écolo semble vouloir s'associer avec le fait d'être au courant des dangers de la société de consommation et de l'industrialisation croissante. ceci constitue pour moi le premier pas vers l'écologie : l'information, être au courant de ce qui se passe. J'aime bien cette idée de découper en différents niveaux, car comme partout, il y a des modérés, des conservateurs, et des extrémistes.

Selon moi donc, quelqu'un qui est au courant des dangers de sa consommation est déjà un tout petit peu écolo. Nombreuses sont les personnes qui se foutent royalement de tout (et il y en a des tas dans les commentaires de ce blog) qui ne parlent que pour exprimer leur avis et se fichent totalement de ce que l'on peu leur dire. C'est le type de gens avec qui j'évite au maximum de parler, car ça fait perdre du temps pour rien, puisqu'ils ne sont pas prêt à écouter.

Ensuite, viens le second niveau. Le p'tit gars qui va trier ses déchets, avoir des ampoules à basse consommation dans sa maison et roule peu au diesel. Le "niveau deux" éteint sa TV avant d'aller se coucher ou, encore mieux, l'a reliée à une multi-prise avec interrupteur, comme ça il économise la consommation résiduelle de toute sa Hi-Fi d'un seul geste. Il est également conscient des "classes" lors des achats de ses appareils électro-ménagers. Ça peut paraitre tout con, mais le "niveau deux" est le citoyen modèle. Si tout le monde était comme lui, faisait un minimum gaffe, nous n'aurions pas à nous inquiéter pour notre planète. Des gestes simples, qui, s'ils sont fait par tout le monde, peuvent avoir d'immenses conséquences.

Puis, dernier étage avant ceux que j'appelle "les extrémistes", les "niveaux trois". Eux (nous) n'ont pas de voiture. Ils se déplacent à pieds, en transport en communs, ou en co-voiturage. Le "niveau trois" à une maladie ; dés qu'il voit un écran allumé pour rien, il faut qu'il l'éteigne. Typiquement sur son lieu de travail c'est lui qui coupe tous les moniteurs de ses collègues avant son départ en pause. Il n'allume qu'une seule lampe à la fois dans sa maison/son appartement, car il n'est qu'à un seul lieu à la fois. Généralement il dispose de son petit potager. Quand il monte en voiture avec quelqu'un, il conseille de couper le moteur à l'arrêt de plus de 40 secondes. Le "niveau trois" c'est un peu le mec chiant en fait, qui essaye de montrer à tout le monde que certaines habitudes sont totalement ridicules et consomment pour rien.

Enfin, il y a le "niveau quatre", les "extrémistes". Attention hein, ce mot à une connotation négative, mais il veut juste dire que l'on est au maximum de ce que peut être un mouvement ou une idée. RIen de bien méchant en fait. Le "niveau quatre" ne consomme plus de viande, plus du tout. Il ne se déplace presque qu'à pied, ou en stop. Il fait pousser ses propres légumes s'il a une maison. Généralement il est très bricoleur afin de remettre en état ses vieux équipements qui sont tombés en panne.

Voilà, on a fait le tour de mes catégories. Vous aurez compris (peut-être parce que c'est écrit en toutes lettres) que je m'identifie dans la catégorie trois. Il est vrai que j'achète souvent du matériel, mais que je sache, je ne jette pas l'ancien. Toutes mes machines ont une seconde vie car je les revends et ne les laisse pas moisir dans un placard. Un ordinateur neuf demande à la production des quantités ahurissantes de matière première. Je pense limiter mon impact en valorisant les objets que je vends. Si on sort un peu de l'aspect hardware, il est sur et certain que les "efforts" (qui sont plus des habitudes) que je fais à côté, compensent très largement et équilibrent la balance. Ne pas avoir de voiture, ne pas prendre l'avion, ne pas acheter de produits sous emballages uniques, ne pas allumer plus d'une lumière à la fois, éteindre tous les écrans qui ne servent à rien (et ne serait-ce qu'au boulot, ça doit sauver des tonnes de banquises) et plein de petits autres trucs.

C'est donc pour cela que je tolère assez mal, voire pas du tout, que l'on me dise bêtement et sans réfléchir « Ouai de toute façon t'es pas écolo! T'as vu tout ce que tu consommes comme matériel ». Voir ce que je consomme comme matériel c'est bien, et c'est d'ailleurs le but de ce blog. Mais fermez les yeux sur ce que j'économise derrière est totalement grotesque. On va donc finir cet article par une petite touche #JeRaleToutLeTemps mais si vous ne connaissez rien d'une personne, ne vous permettez pas de la juger. Je ne me permet même pas de le faire avec des amis d'enfance.

Article écrit par LoKan Sardari Citoyen du monde, curieux par nature, amoureux de notre belle Terre, passionné de nouvelles technologies et d'images.